Projet transversal, Histoire et épistémologie des études anglophones

Responsables : Anne Page et Sophie Vallas

Carnet de recherche : https://anglistique.hypotheses.org/ 

Membres : Valérie André (MCF), Alice Byrne (MCF), Cécile Cottenet (MCF), Sara Greaves (MCF HDR), Marie-Odile Hédon (PR), Grégoire Lacaze (MCF HDR), Sébastien Lefait (PR), Anne Page (PR), Michael Stricof (MCF), Sophie Vallas (PR)

Le projet, né au LERMA mais impliquant aujourd’hui 13 unités de recherche en France, entend combler un manque : aucune tentative d’identification des sources archivistiques n’a été entreprise pour les études anglophones ni aucune reconstitution institutionnelle, sociale, politique de leur histoire. On ne possède aucune étude complète qui révèlerait les grandes périodes historiques, les trajectoires de chercheurs, les lieux de développement, l’émergence des sociétés professionnelles et des revues et qui permettrait de mieux réfléchir aux contours mêmes d’une « discipline », d’un « champ disciplinaire », aux indices d’institutionnalisation ou de différenciation, et au rôle des anglicistes français sur la scène internationale. Le projet, qui comporte un volet patrimonial et un volet analytique, consistera donc à créer une plateforme rassemblant archives et données, pour l’instant éparses, puis à écrire une histoire collaborative des études anglophones en France (les grandes étapes de leur évolution, leurs figures, leurs sociétés savantes et structures de recherche, leurs lieux…). Il s’articule à la série des « Grands Entretiens » de figures de l’Anglistique en France, développées dans la revue de l’unité de recherche, E-rea (https://journals.openedition.org/erea/5648) ainsi qu’avec un travail en cours, au LERMA, sur les archives de Marc Chénetier.

Défiler vers le haut