Programme A – Disciplines à l’épreuve du décentrement : repenser les approches, interroger les savoirs

Carnet de recherche: https://decentered.hypotheses.org/

Responsable: Cécile Cottenet (PR)

Membres: Aurélie Ceccaldi (MCF), Frank Conesa (Docteur), Cécile Cottenet (PR), Bernard de Giorgi (MCF), Sara Greaves (MCF HDR), Monique de Mattia-Viviès (PR), Sylvie Mathé (PR émérite), Anne Reynes-Delobel (MCF HDR), Fanny Robles (MCF), Michel Van der Yeught (PR émérite), Sophie Vallas (PR), Nathalie Vanfasse (PR).

Doctorant.e.s : Kevin Cristin, Florent da Sylva, Julien Guazzini, Mercedes Gilliom, Emily Holt, Evgueniya Lyu, Anaïs Martin, Mohamed Lamine Mariko, Emilie Seguin, Mounir Tairi.

Présentation générale

Si l’anglistique est en soi un champ interdisciplinaire, les chercheurs ici proposent d’appréhender leur objet (la langue, le langage, l’écriture de création, la littérature, les textes et leur circulation) par le biais de l’interaction de disciplines et champs rarement convoqués ensemble. Ce programme, dans sa dimension transversale, vise à interroger les conditions de l’inter/ pluri/ trans-disciplinarité, et à approfondir des champs de recherche émergents : le croisement de la littérature et de l’économie, la sociologie de la littérature et l’histoire du livre dans une approche transnationale, et enfin, l’échange entre pratiques et disciplines (psychologie, médecine, linguistique, traductologie, poïétique et poétique). On tentera à la fois de décentrer les disciplines—et donc de réfléchir, dans un premier temps, à leurs définition et périmètre mêmes—et de renouveler les formes de la diffusion et de la transmission des savoirs, en envisageant notamment une ouverture à l’extérieur de l’université, par le biais d’ateliers d’écriture et d’échanges avec des praticiens venus d’autres secteurs. Ce programme s’ouvre à des coopérations à l’intérieur d’AMU, dans le cadre notamment de la Fédération CRISIS : on envisagera aisément des coopérations avec les psychologues au sein de la Maison de la Recherche, mais également les spécialistes français de l’édition, les sociologues de la traduction, ou encore les chercheurs en économie.

A1. Langues et langage : du trouble à la thérapie

(resp. Sara Greaves)

Membres du thème : Bernard de Giorgi (MCF), Aurélie Ceccaldi (MCF), Sara Greaves (MCF HDR), Monique de Mattia-Viviès (PR).

Doctorant.e.s : Emilie Seguin, Florent da Sylva, Mercedes Gilliom. 

Les chercheurs abordent ici les langues et le langage par le biais d’une diversité d’approches (psychiatrie, linguistique, littérature, didactique, écriture de création, bilinguisme, plurilinguisme, traductologie…), en cherchant à révéler chez les personnes en difficulté de communication ou d’apprentissage des ressorts réparateurs ou stimulants. Une recherche-action transectorielle a été menée dans un CAMSP (Centre d’Action Médico-Sociale Précoce), avec des ateliers d’écriture plurilingues proposés aux parents d’enfants suivis dans le centre et l’observation de consultations médicales d’enfants, accompagnés de leurs parents. Ces ateliers permettent d’aborder le langage grâce à un travail sur les langues et la créativité, dont l’un des objectifs est de permettre de renouer avec la langue d’origine, l’autre versant du projet s’intéressant à l’entrée dans la langue maternelle et à son rôle dans l’apprentissage d’une langue étrangère. On s’interroge également sur les outils à mettre en œuvre afin de faciliter cet apprentissage, notamment dans le domaine de l’évaluation et en élaborant une pédagogie bilingue.

A2. L’expression littéraire du ferment économico-financier en Grande-Bretagne et aux États-Unis du XVIIIe siècle à nos jours

(resp. Michel Van der Yeught et Nathalie Vanfasse)

Membres: Fanny Robles (MCF), Michael Stricof (MCF), Michel Van der Yeught (PR émérite), Nathalie Vanfasse (PR).

Doctorant.e.s : Evgueniya Lyu, Anaïs Martin, Kevin Cristin.

Ce thème explore l’intersection entre l’expression littéraire et l’anglais de spécialité économico-financier en Grande-Bretagne et aux États-Unis du XVIIIe siècle à nos jours. Il se fonde sur l’hypothèse que les dimensions narratives, fictionnelles, théâtrales et poétiques d’œuvres littéraires ont été marquées par les conditions économiques et financières du contexte de leur création et que le rôle de berceaux du développement économique moderne joué par ces deux pays ont nourri cette intersection d’une richesse particulière. Le travail de recherche étudiera les différents discours/textes/genres où elle émerge, mais il s’interrogera également sur les enjeux théoriques découlant de la mise en dialogue de deux branches de l’anglistique jusqu’alors largement imperméables l’une à l’autre. Depuis 2017, l’équipe a élargi sa réflexion à une étude des relations entre la littérature et la science, notamment à travers un projet mené en collaboration avec l’université de Berkeley sur les questions de forme dans la littérature et les sciences victoriennes.

A3. Les passeurs du champ littéraire : transferts transnationaux entre les États-Unis et la France, du XIXe au XXIe siècle

(resp. Cécile Cottenet)

Membres: Frank Conesa (Docteur), Cécile Cottenet (PR), Sylvie Mathé (PR émérite), Anne Reynes-Delobel (MCF HDR), Sophie Vallas (PR).

Doctorant.e.s : Julien Guazzini, Emily Holt, Mohamed Lamine Mariko, Mounir Tairi. 

Ce projet s’inscrit dans les domaines des études transnationales et de l’histoire cuturelle, au croisement de la littérature et de son histoire, et de l’histoire du livre. Nous analyserons les modalités de construction d’un espace littéraire transnational France-États-Unis, en nous attachant plus spécifiquement à examiner les modalités de transfert et de circulation de la littérature états-unienne en France. Tout en prenant en considération les dynamiques de relations et leurs variations au fil du temps, nous tâchons en priorité d’identifier les intermédiaires et d’interroger leur rôle et leur agentivité dans la constitution de ce champ (editors, publishers, imprimeurs, agents, traducteurs, critiques, journalistes, bibliothécaires, professeurs et universitaires). La réflexion de l’équipe s’articule avec la rubrique “Grands Entretiens” d’E-rea qui met en lumière des parcours d’universitaires dans le champ de l’anglistique, dont certains passeurs contemporains de la littérature des Etats-Unis.