OREMA

Observatoire des relations extérieures du monde anglophone (OREMA)

Le séminaire Politique étrangère, organisé en 2011 par Isabelle Vagnoux (ACNA/LERMA) en partenariat avec Sciences Po Aix, avec le soutien du German Marshall Fund et de l’Institut des Amériques sud-est, s’est élargi et restructuré à partir de 2013 dans une structure associative, l’Observatoire des relations extérieures du monde anglophone (OREMA), comprenant également l’Axe Relations internationales du séminaire PCS du LERMA, ainsi que plusieurs collègues de l’Université de Toulon qui contribuent déjà aux travaux de nos deux séminaires.

L’OREMA tient 5 séances annuelles qui fonctionnent la plupart du temps autour d’invités extérieurs — universitaires français ou étrangers, mais aussi, le plus souvent possible, experts et praticiens de la politique étrangère — permettant un échange pointu avec les membres de l’Observatoire. Depuis 2014, les séances ont lieu à la Maison de la Recherche, Campus Schuman. À la fin du sexennat, une journée d’étude ou une table ronde sera organisée.

Les membres statutaires de l'OREMA sont à ce jour :

• LERMA : Valérie André, Dominique Cadinot, Matthew Graves, Isabelle Vagnoux, ainsi que Stéphane Dupuy (docteur), Chloé Carbuccia, Floriane Blanc, Siul Miranda (doctorants), Michael Stricof (futur doctorant).

Membres associés :

• LID2MS (AMU) : Blandine Chelini-Pont

• Laboratoire Babel (Toulon) : Marie Gayte; Sophie Koppe ; Karine Tournier-Sol.

L’objectif de cette association est double:

- privilégier l’approche comparatiste au sein du monde anglophone, voire étendre, le cas échéant, la comparaison à d’autres aires

- renforcer la recherche et la dynamique collectives au sein du LERMA et avec d’autres institutions, aixoises ou extérieures

Afin de respecter la thématique du LERMA Marges et Centre, Territoires de l’Ailleurs, nos séances durant le sexennat s’articulent autour d’un  axe structurel  s’attachant notamment à étudier  l’intégration, en politique étrangère, de groupes ou institutions non-gouvernementaux (think tanks, lobbies, ONG…) ou bien de questions qui occupent une place croissante dans les relations internationales et dans le processus de prise de décision (questions commerciales ou financières, immigration, questions religieuses, entre autres exemples). Pour ces questions éminemment « intermestiques », selon la formule de Bayless Manning, une approche comparatiste entre les déterminants intérieurs des pays étudiés est menée.

Depuis 2013, l'OREMA entreprend l’étude de divers angles du soft power, conceptualisé par l’ancien secrétaire d’État adjoint à la Défense de l’Administration Clinton, Joseph Nye.  Cette facette des relations internationales accompagne le pouvoir militaire et économique (hard power), et s’attache à gagner les « cœurs et les esprits », selon une formule chère au président Johnson. L'OREMA s’est notamment intéressé de près à la diplomatie mémorielle — dont Nye ne fait pas mention — et aux think tanks (3 séances), grâce à la présence d’un des meilleurs spécialistes de la question, Pr Donald Abelson, University Western Ontario, Canada — Université partenaire d’AMU — et de « think tankers ». D’autres aspects ont été étudiés lors des séances de 2014-2015 (religion, analyse comparatiste du soft power, droits de l’homme).

L'OREMA est co-organisé par Valérie ANDRÉ (MCF), Matthew GRAVES (MCF) et Isabelle VAGNOUX (PR).