ALITTA

 

ALITTA

 

Le séminaire ALITTA rassemble des enseignants-chercheurs, doctorants et post-doctorants travaillant sur la littérature américaine, au sens large du terme : fiction, non fiction, écrits autobiographiques, écrits intimes et du quotidien, textes incluant des images et autres traces… Ils s’intéressent à l’écriture, mais aussi aux supports choisis par les écrivains, aux conditions de production et de diffusion de l’écriture, ainsi qu’à l’édition et à la publication de l’objet livre.

Le programme en cours (2014-2016) s’intitule « “CORPUS TEXTI” :  corps du texte, corps de l’auteur dans les écrits à la première personne aux Etats-Unis ». ALITTA a choisi de travailler sur des textes américains écrits à la première personne (textes de fiction, de non fiction, autobiographies, memoirs, journaux, correspondances, autofictions …) en s’interrogeant sur la notion de corps : corps du texte dans sa matérialité, transformé par les étapes de sa fabrication et de sa publication, débordant vers le paratexte et le hors-texte ; corps de l’auteur également, qui s’incarne dans le texte, s’y reflète ou s’en absente…

Voici quelques pistes que les travaux pourraient suivre :

genèse du texte : le corps manuscrit. Les supports matériels du texte, le texte comme objet, les étapes de sa construction, l’extra-textualité (images, objets, fragments de corps, textes greffés, dessins, plans…), écriture manuelle, tapuscrite, digitale (traces des versions antérieures…)… Qu’est-ce qui fait texte ? Comment l’autorité de l’écrivain s’affirme-t-elle à travers ses choix, les opérations d’autocensure, de destruction totale ou partielle… ? Problématique de la genèse des manuscrits, des textes originellement non destinés à publication bien que souvent destinés à transmission intrafamiliale ou institutionnelle (correspondances, journaux, mémoires, témoignages…)

— vers un corps public : passage du corps manuscrit au corps publié. Histoire du livre et de l’édition : politique éditoriale, états successifs du texte, mise en forme et mise en corps du texte, intermédiaires et agents (editors, publishers…), publication/publicité, attentes et réception…

— le para-corps du texte : débordement du texte à l’intérieur du volume (péritexte : préface, postface, notes, bibliographie, couverture…) ou à l’extérieur (épitexte : interviews, correspondances…). Question de la marge, du débordement, de la validation ou non par le hors-texte…

— la voix (des)incarnée : perspectives historiques et littéraires de l’apparition du « je » sur la page : littératures de l’intime, egolittérature, narratives of the self, autobiographie, autofiction…

corps du texte et reflets du corps de l’auteur : le texte comme lieu où l’auteur se représente, s’incarne ou refuse de le faire, joue avec ses corps/identité/nom(s)/coordonnées… Écriture d’un corps vivant ou mort («defacement » de De Man), textes faire-part de naissance ou de décès (autobiothanatographie)…