CARTRON Audrey - Thèse / HDR

Titre de thèse :
Caractérisation de l’anglais de la police en tant que langue de spécialité : tentative d’élaboration d’un savoir savant visant à la construction d’un savoir à enseigner.
Directeur de recherche :
Monsieur Michel Van der Yeught
Date de la première inscription :
01.09.2018
Résumé de la thèse en français :

Ce projet vise à explorer et à décrire une variété spécialisée de l’anglais qui est encore peu étudiée actuellement : l’anglais de la police. L’une des particularités inhérentes au milieu policier est de constituer une interface entre domaine de spécialité et grand public, en raison des multiples interactions entre les autres acteurs de la société (les non-spécialistes) et les membres des forces de l’ordre (les spécialistes) lors de l’exercice de leurs fonctions. La question du degré de spécialisation se pose dans la mesure où l’anglais de la police peut sembler moins spécialisé que l’anglais de la chimie par exemple. Nous souhaitons toutefois démontrer que l’anglais de la police peut être considéré comme une variété spécialisée de l’anglais présentant des caractéristiques linguistiques, disciplinaires et culturelles qui lui sont propres. De plus, il existe bien une demande mais peu (voire pas) d’offre concernant l’enseignement de cette langue de spécialité en France. Notre thèse s’articulera donc autour de deux axes complémentaires alliant théorie et pratique car elle aura pour but de constituer un savoir savant solide pouvant contribuer à l’établissement d’un savoir à enseigner.

Il s’agira tout d’abord de proposer une contribution à la caractérisation de l’anglais de la police et de participer à la construction d’un « savoir objectif » (Popper 1994 [1972]). La théorisation de cette variété de l’anglais de spécialité s’appuiera alors sur l’analyse de la langue mais aussi du milieu professionnel en contexte anglophone. Nous étudierons les spécificités lexicales, terminologiques, phraséologiques et discursives inhérentes à l’anglais de la police, ainsi que ses particularités civilisationnelles.  Il conviendra également d’étudier les variations de notre objet d’étude dans le temps et dans l’espace. En effet, une approche diachronique permettra d’analyser l’émergence de la langue de spécialité (notamment grâce à l’étude du processus de dictionnarisation) mais aussi de s’intéresser à l’évolution du concept de « police » à travers l’histoire. De plus, il existe des variations institutionnelles en fonction des différentes aires géographiques et il sera nécessaire d’élargir le périmètre d’étude au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, à l’Australie et à la Nouvelle Zélande à des fins comparatives, permettant ainsi d’offrir un panorama complet de la langue et du domaine spécialisé. Enfin, nous montrerons que notre objet d’étude est intrinsèquement interdisciplinaire car la police travaille au sein d’un ensemble de spécialités différentes mais étroitement liées (justice, milieu carcéral, renseignements généraux, médecine légale, analyse technique et scientifique des preuves, par exemple). Cette caractérisation de l’anglais de la police permettra de participer à l’élaboration d’un « savoir savant », que nous tenterons ensuite de transposer en « savoir à enseigner » (Chevallard 1991).

Notre thèse comportera en effet un volet didactique qui proposera une tentative de modélisation de l’enseignement de cette variété spécialisée de l’anglais, conférant ainsi un ancrage social concret à notre projet. De nombreux facteurs (mondialisation, événements sportifs internationaux, coopération transfrontalière, lutte contre le terrorisme) engendrent la multiplication des interactions entre la police française et des locuteurs anglophones. L’exploration du secteur LANSAD (enseignement des LANgues pour Spécialistes d’Autres Disciplines) de la police semble donc nécessaire. D’après nos recherches préliminaires, un LANSAD de la police existe déjà en France (notamment pour l’anglais) mais il est actuellement au stade embryonnaire et est le produit d’initiatives locales. Afin de proposer un LANSAD de la police pertinent et adapté aux besoins concrets sur le terrain, il nous semble essentiel de mener une étude de terrain en France.

Notre projet entend donc contribuer à une meilleure connaissance de l’anglais de la police mais également du milieu professionnel, tout en proposant un protocole d’enseignement qui sera, nous l’espérons, utile à la formation, en anglais, des policiers francophones.

5 mots-clés en français :
  • anglais de la police
  • communauté spécialisée
  • langue de spécialité
  • savoir savant
  • savoir à enseigner
  • LANSAD
Résumé de la thèse en anglais :

The aim of this PhD thesis is to explore and describe a hitherto little-studied specialised variety of English: English for Police Purposes (EPP). Law enforcement is at the crossroads of a specialised domain and the general public, due to the multiple interactions between police forces (specialists) and other members of society (non-specialists). As a result, English for Police Purposes might appear less specialised than Scientific English for instance. Nevertheless, we would like to demonstrate that English for Police Purposes can be considered to be a specialised variety of English with specific linguistic, disciplinary and cultural characteristics which deserve to be taught to police officers in France and in non-Anglophone countries. Our project adopts both a theoretical and a more experimental approach in order to investigate the epistemological foundations of the object under study, English for Police Purposes, but also to show how it might contribute to the development of a teaching model.

We will first describe the various features of English for Police Purposes and present a contribution to the building of “objective knowledge” on this specialized language (Popper 1994 [1972]). In order to theorize EPP, we will analyse its linguistic features, investigating its lexical, terminological, phraseological and discursive aspects. We will also take into account the cultural features of the specialised communities involved, showing that the evolution of language is closely linked with social evolutions. Indeed, a diachronic approach will allow to study the emergence of English for Police Purposes (exemplified for instance by the process of dictionarization) but also to present the historical evolution of the concept of “police”. Moreover, in order to provide a thorough description of the specialised language and domain, we will compare the different existing institutions in the English-speaking world. Finally, we will also show that the object under study is interdisciplinary in that it blends various, albeit closely linked professional spheres such as justice, prison environment, legal medicine or forensics for example. Characterizing this specialised variety of English will allow us to construct a “body of knowledge” that we will then intend to transpose into “teachable knowledge” (Chevallard 1991).

      Indeed, mastering these specificities would be useful to non-Anglophone police officers who often interact with English speakers in their professional lives. Indeed, several factors, such as globalization, cross-border cooperation, counterterrorism and international sporting events are increasingly favouring these interactions. Nonetheless, despite important needs, only a few local initiatives exist nowadays as far as teaching English to French police officers is concerned. As a result, it would be interesting to carry out a field observation in order to build a teaching model matching as closely as possible the actual needs of French police forces.

5 mots-clés en anglais :
  • English for Police Purposes
  • specialised community
  • specialised language
  • body of knowledge
  • teachable knowledge
  • learners
Contrats et bourses :

Contrat Doctoral Spécifique pour Normaliens (CDSN) (septembre 2018 - août 2021)